Rencontre avec un metteur en scène

Jeudi 26 novembre, dans l’après-midi, les élèves de 4ème et de 3ème du Collège Notre Dame de la Clarté ont eu le plaisir d’accueillir le metteur en scène et acteur Hervé Richardot de la Compagnie Instant(s), venu pour présenter le spectacle du « Jeu de l’amour et du hasard » auquel les collégiens assisteront bientôt. Partant de leur propre expérience et vision du théâtre, puis de leurs questions, il a échangé pendant près d’une heure avec chaque classe.

Le travail d’Hervé Richardot s’inscrit assurément dans la tradition du théâtre populaire. Il se veut en effet proche de son public, pédagogue, et n’hésite pas à ce titre à se déplacer dans les établissements, à la rencontre des jeunes spectateurs souvent peu instruits de la richesse de cet art et dont ils ont appris aujourd’hui qu’il n’est pas seulement un divertissement mais qu’il invite, comme il invitait les spectateurs de la Grèce Antique, à réfléchir, à mieux se connaître soi-même et à se libérer des passions, représentées symboliquement sur scène.

Après avoir rappelé l’origine du théâtre, le metteur en scène a sensibilisé les élèves aux enjeux de la pièce dans laquelle, Silvia et Dorante, tous deux jeunes aristocrates que les pères, comme le veut la tradition, ont choisi de marier, prennent l’identité, la première de sa femme de chambre, le second de son valet, pour mieux observer le conjoint qu’on leur destine. Au milieu des quiproquos, se pose la question des déterminismes sociaux : peut-on prétendre au XVIIIème siècle épouser une personne qui n’appartient pas à son propre milieu ?

L’intervenant s’est ensuite attardé sur certains choix de mise en scène. Il a notamment évoqué les trois espaces scéniques menant progressivement des idées reçues, des faux-semblants des personnages (dont les miroirs sur scène trahissent les mensonges) à l’écriture dramatique de l’intime et à l’aveu amoureux touchant du couple qui tombe enfin le masque.

Cette rencontre orchestrée par Pascal Blévin, directeur du Palais des congrès de Loudéac, a suscité des réactions spontanées, accueillies avec bienveillance par le metteur en scène. Le discours passionné de ce dernier a manifestement interpellé les jeunes à qui il tarde désormais de découvrir l’interprétation vivante de la pièce de Marivaux, étudiée en cours de Français.

Dans le contexte particulier de la pandémie qui incite à la frilosité dans les démarches de projet, qu’il s’agisse de sorties culturelles ou de voyages scolaires, le Collège, dès le retour de confinement en mai dernier, a pris le parti de l’optimisme, et si nos espoirs comme ceux des élèves et de leurs parents ont parfois été déçus, cette détermination nous a permis, courant septembre, de visiter les grands sites normands de la Seconde Guerre Mondiale, sans les désagréments de l’affluence habituelle. De la même façon, l’intervention de la Compagnie Instant(s) a été maintenue et nos élèves se déplaceront bien pour aller voir « Le Jeu de l’amour et du hasard » reporté au vendredi 5 février prochain. Enfin, nous ferons tout notre possible pour maintenir le séjour à la montagne prévu courant janvier et le voyage au Pays de Galles au printemps.

Pas de prises de risques inutiles mais une volonté de considérer l’avenir avec un regard positif et constructif, pour que celui de nos jeunes ne se laisse pas opacifier par la morosité ambiante.